.ob-ShareBar--light, .ob-ShareBar--light + .ob-ShareBar--minified { background: none repeat scroll 0 0 #df520d; border-color: #979797; color: #424242;}
Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 mars 2014 6 08 /03 /mars /2014 07:56

Auteur entre autres d'"Entrechats" et de "Foulards rouges" et créatrice des "folles nuits de l'écriture", Cécile Duquenne a accepté de répondre à mes questions. En attendant de vous procurer ses ouvrages, que je vous conseille vivement, voici donc son interview!

 

Salutations, Cécile!

Bonjour Richard ! Salut les lecteurs :) 

 

Nous nous sommes virtuellement rencontrés pour la première fois sur le site « 10000 words a night ».

Peux-tu nous parler de ces « nuits de l'écriture » ?

Bien sûr. Le principe est simple : vous n’avez pas le temps d’écrire en journée ? Alors écrivez la nuit ! De 21h30 à 4h du matin plus exactement (ou en formule allégée de 21h30 à minuit). Venez sur le forum avec nous, les vendredi et samedi soirs, aux dates annoncées, et faites-vous plaisir :) On a un but ultime en termes de quantité de mots écrits, un Graal, celui des 10 000. Mais en vérité, mis à part les horaire fixes et les dates (et encore…) il n’y a pas de règle établie… sinon d’écrire et de se faire plaisir dans le respect les uns des autres ;)

 

Quel est ton parcours en tant qu'auteur ?

J’ai commencé par la fanfiction, dans le fandom d’Harry Potter plus exactement. Et un jour, j’ai découvert que j’en avais fait le tour (ce qui est faux, en fait, mais qui n’en était pas moins vrai pour moi à l’époque). Et comme j’avais chopé le virus de l’écriture, et qu’il était véritablement hors de question d’arrêter d’écrire, je me suis naturellement tournée vers l’écriture de fictions originales. J’ai commencé par quelques nouvelles (affreuses), une décalogie (avortée au milieu du premier tome, réécrit 3 fois), et puis je me suis penchée sur un roman de fantasy, un volume unique. Je m’y suis tenue, j’ai réussi (notamment grâce au NaNoWriMo, qui avait lieu cette année-là, et m’a permis d’écrire un premier jet complet en peu de temps). Ce roman ? Entrechats ! Paru aux éditions Voy’el, que je ne remercierai jamais assez pour leur confiance et leur professionnalisme.

 

Parle-nous de tes dernières créations publiées au format numérique !

Alors il y en a deux… et elles sont très dissemblables.

La première, c’est Foulards Rouges, une série numérique à la croisée des genres : planet-opera, science-fantasy, uchronie, dystopie, steampunk, western… un grand mélange qui semble fonctionner puisque le lectorat est au rendez-vous ! Cette série est publiée aux éditions Bragelonne, dans la collection primo-numérique Snark. Le concept du primo numérique, c’est de d’abord publier en numérique puis en papier (ici en format intégral, dans le cas de la série). Beaucoup d’éditeurs le pratiquent déjà ou vont le pratiquer, pour des raisons économiques notamment.

La deuxième, c’est Purespace, une série numérique là encore, à la croisée des genres également. Sauf que cette fois-ci je réunis vampires et… OVNIs ! Le tout aux éditions du Petit Caveau. C’est là encore une publication primo-numérique. J’aime beaucoup les éditions du Petit Caveau, leur équipe est sympa, ils font du bon boulot et méritent vraiment à être lus et connus. N’hésitez pas à jeter un œil (voire deux !) à leur catalogue si vous aimez la littérature vampirique et que vous avez envie d’autre chose que de la bit-lit ^^

 

As-tu laissé tomber le format papier ?

Noooon ! Bien au contraire ! Puisque ces deux séries auront droit à leur édition papier en temps et en heure ;-)

Et puis aimer le format numérique ne veut pas dire bouder ou abandonner le format papier. Je suis une fervente supportrice du numérique, mais pas au détriment du papier. Je pense que les deux ont des lectorats trop différents trop pour se concurrencer. Donc pas de risque que l’un disparaisse au profit de l’autre ! Pas de sitôt du moins. On en reparle dans 200 ans.

 

« Les Foulards Rouges » : c'est un hommage à ton goût prononcé pour la betterave ?

Toi, tu veux mourir dans d’atroces souffrances, c’est ça ? ^^

Non, il faut aller chercher la référence dans la littérature de cape et d’épée, dans l’œuvre Fajardie pour être plus exacte.

 

Écris-tu dans d'autres domaines que le fantastique ?

Si par « fantastique » tu entends autre chose que de la SFFF, eh bien, non, pas encore. Pas de raison particulière à cela, sinon mon goût personnel : il se trouve que j’adore la SFFF et que je n’entends pas en sortir tant que je n’en aurai pas fait le tour à mon humble niveau. :)
Après, il y a aussi le fait que je connais très bien les codes de la SFFF, la manière dont le récit fonctionne, se ressent, s’entreprend, etc. Or, le roman de littérature dite « blanche », ou même le polar, ça a ses propres codes et, sincèrement, je ne les maîtrise pas (encore ?) assez pour oser me lancer. Un jour, peut-être…

 

En tant qu'écrivain, quelle est ta plus grande fierté ?

Frustrer mes lecteurs avec d’horriiiiiibles cliffhangers en fin d’épisode de série !

Non, je rigole. Enfin presque. Ma plus grande fierté, humm… c’est d’avoir fait comprendre à mon entourage que, non, l’écriture n’est pas une lubie et que, oui, ça fera partie de moi toute ma vie.

 

Tes projets actuels ?

Ecrire la suite de Foulards Rouges (saisons 2 & 3).

Ecrire la suite des Nécrophiles Anonymes (deux tomes parus sur six prévus, conjointement chez Voy’[el] pour le papier et Bragelonne pour le numérique).

 

Et les études dans tout ça?

Elles avancent, et plutôt bien ! Tout est une question d’organisation. Je compartimente et, ma foi, pour l’instant… ça va ! Je boucle cette année ma deuxième année de master (5 ans d’études après le bac, donc) en Traduction Littéraire et Interculturalité, spécialisée en langue japonaise. Mon mémoire actuel porte sur le japonisme et le transfert culturel et littéraire des mythes japonais vers la littérature de SFFF francophone (si vous lisez les ouvrages de Thomas Day, Jérôme Noirez et Jean Millemann au sujet du Japon, vous aurez cerné l’essentiel de mon sujet sans vous taper les définitions compliquées !)

L’an prochain, j’envisage de passer en doctorat, mais il y a tellement de conditions non encore remplies (comme l’obtention de mon M2) que je préfère ne pas en parler davantage ;-)

 

Tes passions ?

L’écriture, bien sûr, mais ça vous le saviez déjà :) La lecture, mais ça aussi vous deviez vous en douter.

La danse ! Classique, jazz, contemporain. J’en fais depuis 22 ans quand même.

Sinon, il y a le thé. Et la nourriture. Le chocolat. Le thé. La boustifaille, le choco… oups, je me répète ! Mais je vous le dis, donnez-moi un peu de musique sur laquelle danser ou imaginer mes scènes de roman, du thé, de quoi manger, du chocolat, quelques livres… et je suis la plus heureuse ! Surtout si je peux partager ça avec les gens que j’aime :)

 

Mini-portrait chinois :

Si tu étais un livre ?

Gagner la guerre, de J.-P. Jaworski, pour le talent de l’auteur… je rêverais d’écrire un bouquin comme ça !

 

Si tu étais le personnage d'un roman ?

Hermione Granger, pour l’amour des livres et le côté kick-

ass (que j’aimerais avoir).

Si tu étais une créature fantastique ?

Un dragon, rien de moins, na !

Si tu étais un poème ?

La lumière, Antigone, d’Henry Bauchau.

Si tu étais un paysage imaginaire ?

Ouh la, joker… ^^

 

Le mot de la fin ?

Merci Richard pour cette ITW, et merci aux lecteurs d’avoir lu jusqu’au bout : j’espère ne pas vous avoir ennuyé ;-)

Partager cet article

Repost 0
Published by Richard Mesplède - dans interviews
commenter cet article

commentaires