.ob-ShareBar--light, .ob-ShareBar--light + .ob-ShareBar--minified { background: none repeat scroll 0 0 #df520d; border-color: #979797; color: #424242;}
Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 octobre 2014 3 29 /10 /octobre /2014 15:31
Interview : Yves-Daniel Crouzet

L'excellent Yves-Daniel Crouzet, rencontré jadis à Bagneux, fait partie de ces auteurs prometteurs aux talents variés qu'il est difficile de classer : touche-à-tout avec la même ambition et un talent constant, il s'attaque à de nombreux genres littéraires.

Il s'est montré particulièrement disponible - et rapide - pour répondre à mes questions. Je l'en remercie!

Salutations, Yves-Daniel !

Avé Richard !

Quel est ton parcours d'auteur ?

Un parcours tardif ! Je ne croyais pas suffisamment en moi. Etre publié me paraissait impossible. Alors je noircissais du papier par intermittence et puis je laissais tomber. Ce n’est que vers 40 ans (Eh oui, la fameuse crise est passée par là !) que j’ai décidé de m’y mettre sérieusement. Mes premiers textes ont été publiés dans des fanzines, des anthos. Au bout d’un moment, je me suis dit que si je voulais progresser, il fallait que je passe au roman. Résultat : “Les fantômes du Panassa” mon premier roman est sorti en 2009 avec un prix populaire à la clé. Je croyais que la suite serait facile, mais au contraire, c’est à partir de ce moment-là que c’est devenu vraiment compliqué ! Mais il ne faut rien lâcher. Avec du travail et de la volonté (et accessoirement un peu de talent) on arrive à tout !

Interview : Yves-Daniel Crouzet

Quelles sont tes sources d'inspiration ?

L’observation du quotidien. Je regarde autour de moi. Je vois des gens, des scènes, des lieux et mon imagination se met en marche toute seule. Je sors vite mon carnet et je jette les idées comme elles sont venues. Plus tard, je feuillette le-dit carnet et lorsqu’une de ces idées entre en résonnance avec mon humeur du moment, c’est parti !

Dans quelles conditions écris-tu ?

Je n’ai pas de rituel particulier. Je m’installe devant mon ordi tôt le matin et j’écris. Quand je suis bien lancé, je mets de la musique. Ecrire, cela n’est rien... mais corriger, Oh corriger, voilà le vrai calvaire !

La Guyane, l'Afrique, la Martinique... Ces lieux, dans lesquels tu as vécu, ont-ils une influence sur tes écrits?

De moins en moins, j’ai l’impression. Mes textes actuels sont souvent ancrés dans un quotidien urbain. Celui dans lequel j’évolue. Je suppose que si je repartais en Amazonie ou dans le Fouta-Djalon, j’écrirais des récits d’aventures ! Je suis comme une éponge : je m’imprègne de ce que je vis.

Interview : Yves-Daniel Crouzet

Parles-nous de ton roman "Triades sur Seine"...

“Triades” a été écrit en réaction à mon premier roman “Les fantômes du Panassa”, qui était presque un livre de souvenirs d’enfance (si, si !). Je voulais écrire un truc bien barré et méchant. Un hardboiled, ces romans américains des années 40/50 où le héros est un vrai dur qui s’en prend plein la gueule mais ne recule jamais. Encore ma culture pulp ! Quant à l’histoire c’est celle d’un ancien militaire des forces spéciales trompé par sa femme et qui sort avec sa belle-soeur mineure. Son plan : racketter l’amant de son épouse, un mafieu chinois, et se barrer avec sa jeune maîtresse. L’histoire est racontée “en direct” par le personnage principal, assis sur le banc d’un jardin public alors que la police et les triades sont à ses trousses. Il attend quelqu’un. Mais qui ? Au lecteur de le découvrir !

Après la publication de ton recueil de nouvelles "La plus grande ruse du diable", aux éditions Dreampress.com, tu deviens anthologiste... Raconte-nous !

Quand Benoît Domis de Dreampress.com me l’a proposé, je lui ai d’abord dit que je n’étais pas intéressé. Que je n’avais pas suffisamment de temps à consacrer à ce genre d’exercice. Mais il m’a fait une offre que je ne pouvais pas refuser : il m’a donné carte blanche ! Et puis j’aime les défis. Faire des trucs que je n’ai jamais essayés. Dès le début mon idée a été de proposer une antho dans la tradition humoristique et macabre des EC comics. En fait, je me suis fait plaisir ! J’ai sélectionné 20 textes. Shock stories, SF horrifique, terreur, humour et même insolite et ambiances lovecraftiennes sont au programme. L’antho sortira en novembre 2014. Si ça marche on en fera une deuxième.

Interview : Yves-Daniel Crouzet

Tu exploites de nombreux genres à travers tes textes. Quel est ton genre de prédilection?

Le fantastique. Mais un fantastique ancré dans le quotidien. Qui conduit peu à peu à une distorsion de la réalité. Je suis maudit : je ne sais pas faire autrement que de croiser les genres. Un pied dans le réel et l’autre dans le merveilleux horrifique.

En tant qu'écrivain, quelle est ta plus grande fierté ?

Mes publications canadiennes dans les revues Solaris et surtout Alibis. Sinon, je suis vraiment très fier de “La Plus grande ruse du diable et autres récits fantastiques” qui résume 10 ans de carrière dans mon genre favori, la nouvelle. C’est un beau cadeau que Benoît Domis m’a fait en me proposant ce “best-of”!

Tes projets actuels ?

Je ne sais pas encore. J’ai besoin de souffler après “Moisson d’épouvante”. Mais j’aimerai me remettre au roman.

Interview : Yves-Daniel Crouzet

Et le boulot dans tout ça ?

Je ne mélange jamais vie réelle et vie fantasmée, mon cher Richard. Mais je préfère sans conteste la seconde !

Tes passions ?

Je n’en ai qu’une : écrire et elle me prend tout mon temps. Sinon, j’aime écouter de la musique qui fait du bruit et collectionner les planches originales de comics (Marvel principalement)

Où peut-on te trouver sur la toile?

http://yvesdanielcrouzet.blogspot.fr/

Mini-portrait chinois…

Si tu étais…

Un livre ?

L’intégrale des nouvelles de Richard Matheson

Le personnage d'un roman ?

Conan le barbare

Une créature fantastique ?

Le chat de Cheshire

Un poème ?

“Le coeur de Hialmar” de Leconte de Lisle

Un paysage imaginaire ?

Zothique de Clark Ashton Smith

Le mot de la fin ?

Ce n’est que le début ! Le meilleur reste à venir !

Partager cet article

Repost 0
Published by Richard Mesplède - dans interviews
commenter cet article

commentaires