.ob-ShareBar--light, .ob-ShareBar--light + .ob-ShareBar--minified { background: none repeat scroll 0 0 #df520d; border-color: #979797; color: #424242;}
Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Les parchemins numériques de Richard Mesplède
  • Les parchemins numériques de Richard Mesplède
  • : Actualité littéraire de Richard Mesplède
  • Contact

En Savoir Plus

31 décembre 2014 3 31 /12 /décembre /2014 10:44
Interview : Aurélie Wellenstein

Petite fille, Aurélie Wellenstein racontait des histoires aux nuages et aux morts qui s’ennuient sous terre. Un peu plus vieille, elle a tenté quelques incursions textuelles dans le monde des vivants. Celles-ci sont trouvables dans Univers d’OutreMonde, Monk, AOC, aux Editions du Petit Caveau, les éditions Nostradamus et Netscripteurs, Borderline et chez Sombres Rets.

Une trentaine de ses nouvelles surgissent ici et là, au détour d’une revue ou d’une anthologie, et même récemment dans le recueil « Ferrous Occire et autres récits », disponible aux éditions Présences d’esprits. Son premier roman Le cheval et l’ombre est paru en 2013 aux éditions Sortilèges.

Salutations, Aurélie !

Salutations, Richard ! Laisse-moi remplir ta tasse. Tu es plutôt thé, café, lait de licorne, infusion de fougères ?

Un élixir d'algues fermentées avec un soupçon de poudre d'Ibn'Ghazi, ce sera parfait, merci!

Quel est ton parcours d'auteur ?

J'ai toujours été plus ou moins investie dans la création d'histoires. Toutefois, c'est la découverte de Stephen King, à 13 ans, qui a été déterminante dans mon parcours. Je me suis mise à écrire des nouvelles horrifiques, mettant en scène le bassiste des Gun's and Roses. Puis une trilogie fantasy de 2 millions de signes et d'autres romans aujourd'hui dissimulés dans ma cuisine, derrière les conserves et les sachets de pâtes. À 26 ans, j'ai commencé à éprouver l'envie de partager plus largement ce que j'écrivais. Sur les conseils de... qui ? Stephen King encore ? j'ai écrit des nouvelles pour me faire la main, et me confronter au milieu éditorial et aux lecteurs. J'ai conçu ça comme une sorte de laboratoire où j'expérimentais des techniques. Désormais, je veux vraiment revenir au roman.

Quelles sont tes sources d'inspiration ?

Les jeux vidéo ! C'est même embêtant parce que ça m'incite à reproduire des trajectoires assez "horizontales" où les persos se déplacent à travers des "zones" bigarrées, très graphiques et bien délimitées, combattent des "boss", deviennent plus forts... J'adore les "arènes", les affrontements, l'acquisition de pouvoirs, toute cette esthétique vidéoludique. Les personnages qui partent d'en bas pour s'élever et devenir des machines à tuer me fascinent. J'ai l'impression que je pourrais écrire toute ma vie sur la naissance des démons.

Dans quelles conditions écris-tu ?

La "porte fermée" (encore une expression de Stephen King, désolée !) Le casque sur les oreilles, avec de la musique de jeux vidéo en fond, j'écris le plus vite possible mon premier jet, pour sortir quelque chose de dynamique et instinctif. Bien sûr, c'est épouvantable. À ce stade, je ne fais lire à personne, et je retravaille de trèèèès longs mois !

Interview : Aurélie Wellenstein

Parles-nous de ton premier roman "le cheval et l'ombre".

Dans un royaume parallèle, les hommes ont tous été changés en animaux. Mais l'un d'eux, nostalgique de son ancien état, va avoir recours à la magie noire pour retrouver son humanité. Son désir égoïste provoque un désastre écologique. C'est une fille de notre monde, accompagnée d'un cheval fantôme et d'un cheval marin, qui va combattre cet adversaire, devenu fou et monstrueux.

Dans mes romans pour la jeunesse, je privilégie le lien entre les hommes et les animaux, l'écologie, mais aussi un climat d'inquiétante étrangeté.

Il est prévu que ce roman soit réédité prochainement.

Ferrous occire et autres récits est paru cette année chez Présence d'Esprit. Tu peux nous en parler aussi?

C'est une compilation de nouvelles écrites depuis 2007. Celles-là se destinent clairement à un public adulte. Beaucoup sont sombres, et mettent en scène des monstres (qui manquent un peu de tentacules, je le concède). Même s'il y a des fulgurances très violentes, ce sont les ambiances étranges qui m'intéressent. Des personnes m'ont dit qu'elles avaient ressenti de la peur à la lecture de certains textes. C'est un compliment, non ? Enfin, je crois ! Heu... rassure-moi !

Interview : Aurélie Wellenstein

Romans, nouvelles... Quel format affectionnes-tu le plus?

En tant qu'auteur ou lectrice, sans hésitation, le roman. J'aime m'attacher à des personnages sur la longueur, dessiner ou suivre des trajectoires amples, et me promener dans des endroits variés, faire des kilomètres.

En tant qu'écrivain, quelle est ta plus grande fierté ?

Je ne sais pas trop... Je suis assez dure avec moi-même, donc j'espère qu'elle reste à venir !

Tes projets actuels ?

Pas mal de choses. Les corrections éditoriales de deux romans : Chevaux de foudre, dans lequel des esclaves tentent de gagner leur liberté en participant aux courses du déluge, une compétition mortelle, sur le dos de chevaux électriques à moitié sauvages ; et Le roi des fauves où trois amis sont condamnés à ingérer un parasite qui va les métamorphoser en hommes-bêtes enragés.

Tous les deux sortiront courant 2015.

Sinon, je corrige en ce moment Les loups chantants, un court roman de "fantasy sibérienne". Et j'écris un nouveau roman sur le fanatisme, la volonté de puissance et le devenir-démon... pour changer !

Et le boulot dans tout ça ?

Ah non, hein, pas le boulot !

Tes passions ?

L'écriture, ça compte ? Sinon, les chiens, je ne pourrais pas vivre sans eux.

Un site/blog sur lequel on peut suivre ton actualité littéraire?

Houla, la question qui fâche ! http://lafilleperchee.wordpress.com est à l'agonie, mais il est prévu que je m'y remette en 2015.

Mini-portrait chinois…

Si tu étais…

Un livre ? Fendragon, de Barbara Hambly.

Le personnage d'un roman ? Buck, dans L'appel de la forêt de Jack London.

Une créature fantastique ? Le lièvre de mars (Alice au pays des merveilles).

Un poème ? Fire, walk with me (twin peaks)

Un paysage imaginaire ? Une plage de sable gris, bordant un lac de mercure, sur un ilot central : un volcan, le ciel est bleu ou rouge, ça dépend.

Le mot de la fin ?

Merci à toi ! Toujours un plaisir de bavarder entre monstres.

Partager cet article

Repost 0
Published by Richard Mesplède - dans interviews
commenter cet article

commentaires