.ob-ShareBar--light, .ob-ShareBar--light + .ob-ShareBar--minified { background: none repeat scroll 0 0 #df520d; border-color: #979797; color: #424242;}
Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 juin 2015 5 12 /06 /juin /2015 21:41
Un SelFFFHie pour la SFFFH francophone : L'héritage des Ténèbres de Frédéric Czilinder

Je classerais personnellement l'Héritage des Ténèbres dans les romans d'horreur. D'aucuns diront qu'il s'agit d'un thriller horrifique ou d'un livre d'épouvante et je serais d'accord avec eux. Il s'agit pour ma part du premier livre de Frédéric qu'il m'est donné de lire (bien que je sois déjà familier de sa plume à travers quelques unes de ses nouvelles). D'autres suivront, sans aucun doute. Le talent de l'auteur est tel, à vrai dire, que je me suis totalement laissé embarquer dans cette histoire (sordide, il faut le dire, ce bouquin ne s'adresse pas aux âmes sensibles).

Sur la forme, il faut bien avouer que l'auteur maîtrise parfaitement la langue française. Il sait précisément où il veut emmener le lecteur et sait utiliser le verbe pour procurer à sa victime (le lecteur, donc) les sensations recherchées. Je ne sais pas si c'est voulu et travaillé ou bien si Frédéric a un sens inné pour cela mais il parvient à jouer d’allitérations et d'assonances aux moments les plus critiques de son récit pour nous mettre dans le bain (un bain froid, comprenez, le but ici est de frissonner). Admirateur de Stephen King et de Lovecraft comme il l'avoue, je n'en doute pas, mais c'est personnellement à Graham Masterton que sa plume me fait réellement penser à la lecture de ce livre. Tant sur la forme que le fond, en vérité: la construction du récit s'apparente tout à fait à ce maître de l'horreur qu'il n'est plus besoin de citer. Sauf que chez Czilinder il y a autre chose. Peut-être est-ce cet attachement à la région française qu'il affectionne tant, peut-être est-ce la dimension poétique qu'il donne au récit. Peut-être est-ce autre chose. En ce qui me concerne, j'ai encore du mal à déterminer ce qui me plaît tant dans sa plume. Si j'étais superstitieux, je dirais qu'il a hérité de quelques talents ténébreux de son aïeule...

Sur le fond: L'héritage des Ténèbres est un roman contemporain se déroulant dans le sud-est de la France. Quatre jeunes gens se trouvent confrontés à une entité démoniaque et doivent découvrir leur passé et celui de leurs ancêtres pour contrecarrer les plans du maléfique Azareth... Le postulat de départ peut sembler classique. Il l'est, d'ailleurs, à mon sens. Mais là où le talent de l'auteur s'affirme et devient indéniable, c'est lorsque les événements anticipés par le lecteur ne se produisent tout bonnement pas. En ce qui me concerne, je me suis fait berner à plusieurs reprises par des revirements de situation inattendus... et ma lecture n'en a été que plus prenante. Une histoire de démon et de prophétie, donc, avec un soupçon de quête initiatique.

J'ai lu "L'héritage des Ténèbres" en quatre jours. Et j'ai dû me faire violence pour ne pas le dévorer plus vite. Il est des oeuvres littéraires qui se doivent d'être savourées. Il en est d'autres qui demandent à être digérées, chapitres après chapitres. Parce que, oui, l'histoire est difficile à avaler. Parce qu'on s'identifie aux personnages. Parce que c'est, en vérité, simplement, bien écrit. L'héritage des Ténèbres fait partie de ces deux catégories. C'est pourquoi je l'ai choisi pour illustrer cet événement organisé par le collectif "l'invasion des Grenouilles", mais il fallait que je me targue, en plus, d'en faire cette petite chronique. Le bouquin le mérite amplement. L'auteur aussi.

Frédéric est un auteur qui gagne a être connu, et il le sera, j'en suis convaincu.

Si vous aimez les frissons, lisez "l'Héritage des Ténèbres".

Instaë perderam l'pur!

Partager cet article

Repost 0
Published by Richard Mesplède - dans L'Invasion des Grenouilles
commenter cet article

commentaires