.ob-ShareBar--light, .ob-ShareBar--light + .ob-ShareBar--minified { background: none repeat scroll 0 0 #df520d; border-color: #979797; color: #424242;}
Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 novembre 2015 6 28 /11 /novembre /2015 14:55
NaNoWriMo 2015 : 28ème jour

Voilà.

Je viens d'écrire le mot "FIN". Après un an de travail, mon roman "Et Puis Vint le Silence..." est terminé. Le premier jet, tout du moins. Comme je l'expliquais dans mon précédent post, je m’attellerai aux corrections et autres remaniements dans deux ou trois mois. Au moins. D'ici là, je vais attaquer l'écriture d'un autre roman, à partir d'un conte de Mestr Tom, et qui viendra conclure la série de livres se déroulant dans l'univers d'Orobolan. Série que j'avais eu le plaisir de commencer avec "Sourtha" et à laquelle, depuis, d'autres auteurs ont participé.

Il est difficile de dire ce que l'on ressent lorsqu'on vient de terminer d'écrire un roman. La satisfaction d'y être arrivé se teinte d'étranges sentiments contradictoires : la joie et l'impatience de faire découvrir cette histoire et d'avoir l'avis des lecteurs. La tristesse de dire adieu aux personnages qui m'ont fait partager leurs aventures pendant toutes ces sessions d'écriture. Mais écrire, ce n'est pas simplement s'attabler devant un écran pour raconter une histoire. C'est aussi penser aux personnages, aux situations, aux tournures de phrases, à l'architecture même du récit en dehors de ces moments concrets d'écriture, justement. Ces réflexions qui ont lieu quand on fait la vaisselle, quand on conduit, quand on fait ses courses... ou sous la douche. Tous ces bouts de papier griffonnés à la hâte avant que les idées soudaines ne s'échappent. Tous ces bouts de papier noircis au coeur de la nuit au sortir d'un rêve ou d'un cauchemar, merveilleuse source d'inspiration. Tous ces bouts de papier qui traînent près de l'ordinateur, dans les poches de du manteau, dans la boîte à gants de la voiture, pareils aux pièces d'un puzzle éparpillé aux quatre vents. Tous ces bouts de papiers nés de longues recherches parfois et qui n'ont maintenant plus de raison d'être et qui vont enfin disparaître comme pour mettre un peu d'ordre dans la réalité.

"Et Puis Vint le Silence" ne ressemble à rien de ce que j'ai écrit auparavant. Le fantastique, bien que présent, n'est qu'anecdotique. C'est un roman d'anticipation, en ce sens qu'il se déroule en 2025. L'histoire se passe intégralement en Aquitaine et sur un laps de temps réduit : un mois.

Pour vous mettre l'eau à la bouche, tout commence lorsque la majeure partie de la population disparaît en un instant sans laisser de trace. Et a priori, sans explication. L'ambiance se rapproche des histoires de type "survival horror", à ceci près que vous ne trouverez dans mon roman ni pandémie, ni guerre nucléaire, ni horde de zombie. J'ai décidé de m'affranchir de tous ces prétextes pour raconter l'essentiel : la façon dont les êtres humains réagissent lorsqu'un événement inexpliqué, terrible, et de grande ampleur change instantanément la donne, et tout ce qu'ils sont prêts à mettre en oeuvre pour se rapprocher les uns des autres. L'homme est un animal social : c'est l'idée qui transparaît dans ce roman.

Roman terminé, donc, mais le Nano continue! Je vais peut-être me fendre d'une nouvelle pour tenter d'arriver aux 50 000 mots avant la fin. Depuis 6 ans que je participe à ce challenge, je n'ai jamais été aussi proche de la réussite. Ce serait dommage d'échouer si près du but!

Partager cet article

Repost 0
Published by Richard Mesplède - dans NaNoWriMo
commenter cet article

commentaires