.ob-ShareBar--light, .ob-ShareBar--light + .ob-ShareBar--minified { background: none repeat scroll 0 0 #df520d; border-color: #979797; color: #424242;}
Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 novembre 2016 5 25 /11 /novembre /2016 07:37

Aujourd'hui, pour changer un peu et honorer mes engagements, j'aimerais partager avec vous une petite chronique du recueil de nouvelles "Coeur à Corps", de Valérie Simon. Valérie et moi avons déjà partagé le sommaire d'une ou deux anthologies et elle m'a offert le privilège de répondre à mes questions lors de la série d'interviews que j'avais menées en 2014. Elle fut la dernière à avoir subi mon interrogatoire à l'époque. C'est un auteur très abordable avec qui il est plaisant d'échanger. Je vous invite à (re)découvrir cette interview en cliquant ici. C'est dans le cadre de l'opération "le 1er Septembre, j'achète un livre de SFFFH français" organisée par le collectif "l'invasion des grenouilles", que j'ai jeté mon dévolu sur ce recueil. C'était le 1er septembre 2015! Dès lors, le bouquin à rejoint ma pile de livres à lire, dont il a atteint le sommet il y a quelques jours. Je viens d'en terminer la lecture et vais pouvoir - enfin - le chroniquer. En te priant de bien vouloir m'en excuser, Valérie, si tu lis ces lignes. La promo de Coeur à Corps n'est plus d'actualité,mais ce recueil est intemporel et gagnera encore longtemps à être connu! Voilà pour le contexte. Maintenant, passons à mes appréciations...

Impression générale:

La plume de Valérie Simon est affûtée, on sent qu'un véritable travail de recherche enveloppe la prose littéraire, mise en valeur de façon savante par un jeu d'assonances et d'allitérations, - entre autres figures de style, mais cela semble tellement inné que je doute qu'elle le fasse délibérément - parfois comparables à de la poésie de haut niveau. Mon impression - cela reste personnel - est que les histoires contées sont sublimées par les thèmes récurrents et bien maîtrisés tournant autour de la nature et des éléments. J'ignore si Valérie Simon sera d'accord avec moi mais elle ne pourra pas nier ses connaissances en la matière et sa propension à les distiller dans ses écrits. Pour ma part, je pense que c'est une amoureuse de la Vie, sous toutes ses formes - vous aurez noté la majuscule - et cela se voit. Je me demande si elle a déjà écrit des poèmes, si elle en a publié... si c'est le cas, j'aimerai bien les lire. Parce que, je le répète, ses histoires sont empreintes de poésie.

Les nouvelles, une par une:

Et là, chers lecteurs, je vais m'attacher à vous donner mes sentiments sur chaque texte tout en m'essayant à ne pas spoiler. Je ne suis pas chroniqueur, aussi l'exercice promet d'être rude. Je vous prie de m'excuser d'avance si les impressions que je vous livre demeurent trop floues.

La Vénus du quartier des Platanes:

Quelle riche idée que d'avoir choisi cette nouvelle comme première du recueil! On se laisse emporter dans cette histoire d'amour passionnée qui vire au drame. Passée la moitié du récit, on devine où l'auteur veut en venir, aussi lorsqu'on y arrive, on n'est pas étonné... mais l'histoire continue encore un peu, suffisamment pour nous plonger dans un gouffre de désespoir... J'ai beaucoup aimé cette histoire, très prenante, parfois très osée aussi si on lit entre les lignes et qu'on a autant d'imagination que moi, et c'est une bonne chose. Dès lors, on n'a qu'une seule envie : lire les autres nouvelles...

Conte Schizophrénique:

Une courte histoire, efficace comme un poème de François Villon. Désespérée, noire dans le fond, mais dans la forme tellement colorée et vivante! Du bonheur.

Je te tuerai deux fois:

Celle-là est tout simplement géniale. L'histoire prend place dans un univers futuriste. Ce n'est pas de la science-fiction, mais plutôt de l'anticipation. Là, nous sommes dans un contexte comparable aux nouvelles de Philip K. Dick. Avec des interrogations toute aussi comparables. Je n'en dirai pas plus, si ce n'est que c'est peut-être à mon sens la nouvelle la plus efficace du recueil.

La Nuit du chat gris:

Une histoire dérangeante, loin des standards. Je crois que, plus on aime les chats, et plus cette nouvelle peut nous heurter. Moi, elle m'a vraiment dérangé. Même si ce n'est pas ma préférée, elle est bien construite et se laisse apprécier.

Demain, des raviolis...:

Une histoire post-apocalyptique? Peut-être. Celle-là, je l'ai beaucoup, beaucoup apprécié. Mais je n'en dirai pas plus... Pas de spoil, j'ai dit!

Le Regard de la mère:

Un récit très, très bon. Il m'a fait penser à un film que je ne peux nommer pour ne pas donner trop d'indices, mais sachez que c'est un très bon film! Cette histoire traite d'un thème largement abordé en fantastique, mais cette fois-ci Valérie parvient à nous présenter quelque chose d'archi classique sous une nouvelle forme. L'exercice stylistique vaut le détour. Vraiment.

Les Neuf Queues de la femme-renarde:

Sans doute la nouvelle la plus exotique, dérangeante et étrange de tout le recueil. Je n'ai pas poussé les recherches pour savoir si l'auteur s'était inspiré d'une véritable légende. J'aime à penser que c'est le cas, mais si je me trompais je n'en serais que plus séduit. Tellement étrange, en vérité, que la fin reste inattendue, improbable et, pour chaque lecteur j'en suis convaincu, une chute comme on en connaît peu en la matière.  

Le numéro 319:

Cette nouvelle-là est sans conteste ma préférée de tout le recueil, et de loin. Non pas que le style ou la forme soient plus recherchés et fouillés que pour les autres récits, non, pas du tout. C'est le thème, la façon de le traiter, et la chute qui m'ont séduit, à titre tout à fait personnel. Comment en parler sans rien révéler tout en donnant envie de la lire? Je ne sais pas... Ecrite à la première personne; le héros est amnésique et essaye de comprendre ce qui lui arrive; rapidement, on le cerne, on le comprend et on s'identifie à lui, sans en comprendre plus que lui. C'est prenant. C'est vraiment prenant. J'adore ce genre de récit, et là, Valérie Simon a vraiment fait fort. J'y ai vu des échos de Barjavel, mais c'est encore autre chose. Bref, c'est ma nouvelle favorite. Si un seul des textes de ce recueil devait être adapté en long métrage, ce serait celui-ci. Et croyez-moi, on gagnerait un putain de film. Mais, là encore, c'est un point de vue personnel.

La Chair du Golem:

Excellent! le thème est donné dans le titre. Une histoire de golem, mais inscrite dans notre univers contemporain. Dérangeante encore, comme histoire, mais très bien rythmée. J'ai beaucoup aimé. Là, je comparerais volontier la prose de Valérie à du Stephen King, ou à du Dean Koontz. En plus littéraire. Du très très bon.  

La Vouivre du bord de l'étang:

Je n'ai pas trop aimé celle-ci. Elle traite d'un thème intéressant et bien connu, reste très référencée au niveau historique dans l'époque à laquelle elle s'inscrit, est encore une fois appréhendée avec une plume poétique... néanmoins elle n'a pas réussi à me convaincre. Peut-être que j'ai perçu la chute trop tôt - dès la lecture du titre, en fait. Une belle histoire, mais trop classique à mon sens, sans réelle chute.

L'Amour à mort sur les rives de Formose:

Mention spéciale pour cette nouvelle. Ce n'est pas ma préférée mais, si on me l'avait donnée à lire sans me dire qui en était l'auteur, j'aurais sans conteste affirmé qu'il s'agissait d'une histoire inconnue de Lovecraft. J'ai lu tous les textes publiés de Lovecraft, je les connais sur le bout des doigts, mais là, je m'y serais laissé prendre. Tout y est : la structure en gradation vers l'horreur primordiale, celle de l'inconnu, les références mythologiques et ésotériques, le choix de la première personne ajoutant à la descente vers les abysses et la chute, qui m'a fait pensé à beaucoup de chutes de ce maître et précurseur des récits d'horreur contemporain. Chapeau bas à Valérie Simon pour avoir réussi ce tour de force. D'autant plus que je ne sais même pas si elle connait, ou si elle apprécie, la plume de H.P. Lovecraft.

La Vie très ordinaire du comptable Jean-Louis:

Une nouvelle intéressante, loin des sentiers battus dans la forme, traitant d'un thème ultra récurrent dans le fantastique. J'ai bien aimé, sans plus. Sauf qu'encore une fois la forme prend le pas sur le fond. C'est un fait: Valérie Simon maîtrise la langue française à tel point qu'elle embarque le lecteur et le guide aveuglément exactement où elle veut le mener.

Fenris:

C'est peut-être l'histoire de ce recueil la plus référencée, et en même temps celle qui m'a le moins séduit. Je ne saurai pas trop dire pourquoi. Cependant le choix de traiter ici le récit à la première personne est particulièrement intéressant. Au final, je pense qu'il s'agit d'un excellent texte, que je n'ai pas su apprécier personnellement, tout simplement peut-être parce qu'il ne me parle pas.

Les mémoires de la Bestia:

La nouvelle qui clôt le recueil est agréable à lire, encore une fois très poétique (peut-être la plus poétique du livre?) mais on a l'impression de déjà tout comprendre dès les premières lignes. Sauf que, on le comprend assez vite, l'histoire fait appel à l'Histoire avec un grand H, et que l'auteur a effectué des recherches approfondies pour nous offrir ce récit. Si ce n'est pas le cas, alors Valérie Simon est particulièrement douée pour nous le faire croire, et c'est tant mieux. Un thème classique, une chute classique, mais desservies magnifiquement par une plume bien aiguisée, qui incite le lecteur à s'acoquiner, si ce n'est à s'identifier, au narrateur, et donc au grand méchant de l'histoire... jusqu'à la chute, somme toute inattendue, invitant à poursuivre les recherches sur d'autres mythologies ou, pourquoi pas, vers une suite...

 

En conclusion:

Les nouvelles de Coeur à corps développent de nombreux thèmes fantastiques: science-fiction, fantasy, anticipation, fantastique pur, tout y passe, mais dans la forme, l'auteur parvient à lier tous ces concepts en utilisant des thématiques secondaires qui lui sont chères (la nature, l'amour, l'écologie, l'Histoire, et bien d'autres) mais surtout à travers sa plume de poétesse. C'est, du moins, mon avis. 

Vous l'aurez compris: "Coeur à corps" m'a beaucoup séduit. Même si quelques nouvelles semblent un peu faibles en puissance par rapport aux autres, l'ouvrage mérite d'être découvert et lu. Je ne saurai que trop vous le recommander. En tout cas, pour ma part, je ne regrette pas de l'avoir acquis; c'est une des plus agréables lectures de l'année en ce qui me concerne, et j'ai hâte de découvrir les autres écrits de Valérie Simon, en particulier "Coup d'Etat"...

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Richard Mesplède - dans NaNoWriMo
commenter cet article

commentaires