.ob-ShareBar--light, .ob-ShareBar--light + .ob-ShareBar--minified { background: none repeat scroll 0 0 #df520d; border-color: #979797; color: #424242;}
Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 février 2014 7 23 /02 /février /2014 10:55

J'ai choisi cette année de vous proposer sur ce blog une série d'entretiens avec des auteurs (exclusivement de littératures de l'imaginaire). Et c'est Mestr Tom qui a l'honneur d'ouvrir le bal...

 

Salutations, Mestr Tom !

Mais d'ailleurs, « Mestr Tom »... D'où vient ce pseudo ?

C’était un surnom donné par les jeunes d'une colonie de vacances, il y a longtemps, et j’en ai fait un personnage d’Orobolan. Dans l’histoire de cet univers, Mestr Tom est un barbare qui est entré dans une grotte magique pour sauver son frère de lait, il y a appris à lire et à écrire. A sa mort les divinités lui ont demandé de conter les histoires se passant en Orobolan.

 

Quel est ton parcours en tant qu'auteur ?

Essentiellement des contes de l’univers d’Orobolan. Quelques Fanfics , deux trois nouvelles pour des fanzines ou des anthologies.

 

Tu es donc le créateur de la saga Orobolan. D'où te vient ton inspiration ?Salon-du-livre-2010.jpg

De partout ! L'idée de La deuxième prophétie (premier roman achevé et publié) m’est venu à partir d’un tableau. Le Chant de l’âme est inspiré de six chansons (ce tome parle notamment de liberté musicale).

 

Pourquoi et comment as-tu créé cet univers, Orobolan ?

J’avais beaucoup d’idées mais qui partaient dans tous les sens et j’ai voulu regrouper tous mes écrits dans un seul univers. Après, il m’a fallu de la patience j’ai mis deux ans à poser les bases de l’univers en prenant des notes sur les grands événements et les personnages marquants de l’histoire. Après j’ai écrit un premier roman ; puis des lecteurs voulaient une suite... Alors j'ai continué !

 

Après « le Cycle des Gardiens », tu as choisi de travailler avec d'autres auteurs pour poursuivre ton œuvre à quatre mains. Peux-tu nous en dire plus à ce sujet ?

Les 4 premières histoires parlent des mages Gardiens, protecteurs du monde, et je voulais garder ce style de conteur qui est le mien pour narrer leurs vies. Le second cycle parle de voyages et d'aventuriers qui découvrent d’autres continents ou des régions reculés. Comme il y avait plus de détails à fournir et que ce n’est pas dans le style du conte qui m'est propre, j’ai voulu travailler avec des romanciers. Cela permet également d’avoir un deuxième point de vue sur le récit et c’est assez sympathique d’avoir un premier regard sur l’histoire par quelqu’un de concerné.

 

Écris-tu dans d'autres domaines que la fantasy ?

Un peu de fantastique, surtout des nouvelles.

 

En tant qu'auteur, quelle est ta plus grande fierté ?

Un lecteur qui a fait 300 km pour avoir le dernier tome du cycle des Gardiens et ne venait que pour se le faire dédicacer.

 

Tes projets actuels ?

J'aimerai beaucoup m'atteler à la création d'une anthologie officielle d’un salon littéraire que j'apprécie particulièrement car cela me permettrait de travailler pour une personne que j’admire et avec des auteurs que je lis depuis mon plus jeune âge.

D'autre part je rêve d’écrire un tome d’Orobolan avec un auteur que j’ai lu dans ma jeunesse.

 

J'ai cru comprendre que tu as d'autres casquettes que celle de l'écrivain... Quels sont donc tes autres occupations/jobs en lien avec le monde de l'édition ?

Je suis rédacteur en chef d’une revue gratuite sur le net (Fan 2 Fantasy , 5 ans , 26 numéros) ; mais mon véritable travail c’est attaché de presse et responsable de la communication et des animations.

 

Tes passions ?

Je suis un grand cinéphile et j’adore les pays celtes et leurs mythologies.

 

 

Mini-portrait chinois :

Si tu étais un livre ?

Celui qu’il reste à écrire.

Si tu étais le personnage d'un roman ?

Tom Bombadil.

Si tu étais une créature fantastique ?

Un vampire (mais qui ne brille pas au soleil).

Si tu étais un poème ?

Demain dès l’aube de Victor Hugo.

Si tu étais un paysage imaginaire ?

Fondcombe.

 

Le mot de la fin ?

 

Il n’y en a pas, tout le monde devrait savoir que l’histoire est sans fin.

Partager cet article

Repost 0
Published by Richard Mesplède - dans interviews
commenter cet article

commentaires